Conférence Nationale du Handicap : beaucoup de bruit, mais peu d’actions pour les personnes handicapées

On ne peut pas le reprocher au Président de la République : son discours d’ouverture de la Conférence Nationale du Handicap marque l’expression d’un certain volontarisme. C’est déjà ça. Mais là où le bât blesse, c’est qu’il n’y a pas grand chose de neuf derrière les grandes envolées lyriques.

Il est vrai : le bilan d’application de loi de février 2005 « pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées » ne plaide pas en la faveur du gouvernement.

Dans plusieurs domaines d’action jugés prioritaires par la loi, rien n’a changé. Les conditions d’accueil en milieu scolaires n’ont pratiquement pas évolués. Les conditions de vie des personnes handicapées restent les mêmes. Tandis que l’AAH maintient nombre d’entre eux en dessous du seuil de pauvreté.

Ce constat d’échec n’a semble t’il pas incité le Président de la République à prendre le problème à bras le corps. Ce qui nous a été présenté mardi dernier, comme l’ont souligné les associations, est tout à fait insuffisant pour répondre aux demandes légitimes des personnes handicapées.

Je regrette particulièrement que le sujet certes difficile du revenu d’existence permettant la vie à domicile, la scolarisation et l’accessibilité n’ait pas été évoqué. L’augmentation de 5 % de l’AAH, au moment où l’inflation atteint un niveau inégalé depuis plus de 15 ans, ne fait que maintenir le statut quo. Plus grave encore, la fin de la présomption d’incapacité au travail, qui obligera les personnes handicapées à prouver que leur handicap n’est pas compatible avec une activité, risque de les précariser un peu plus en les renvoyant vers le RMI.

Dans le même temps, le flou domine dans la louable intention d’accroitre le nombre de places d’accueil. Il doit pourtant s’agir d’une absolue priorité, notamment en ce qui concerne les personnes handicapées non autonomes. En effet, de trop nombreux parents connaissent des difficultés considérables pour faire admettre leurs enfants dans des structures spécialisées, d’ailleurs parfois peu adaptées à la spécificité de la maladie. En outre, bien que la situation s’améliore lentement, il est indigne de faire attendre plus de 5 ans les personnes handicapées avant de leur permettre d’entrer dans un Etablissement et Service d’Aide par le Travail (les ESAT, ex-CAT), notre département est à ce titre malheureusement tristement exemplaire.

La France est décidément très en retard quant à l’intégration des handicapés dans la vie de la cité. Il est temps de les considérer comme des citoyens à part entière, qui doivent être écoutés et accompagnés pour redevenir acteurs de leur projet de vie.

C’est pourquoi je soutiens les propositions du Parti Socialiste visant notamment à la parité AAH / SMIC, l’intégration des personnes handicapées dans le futur RSA, la mise en place et formation des Assistants de Vie Scolaire et la déduction supplémentaire sur la taxe d’habitation, comme cela est pratiqué dans certaines collectivités territoriales socialistes.


1...812813814815816...822

MARS Centrafrique |
Bling-bang-blog du 6 mai |
Le vécu Algérien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Blog "Ensemble, dynamisons ...
| EUROPAC PAPETERIE DE ROUEN
| DES IDEES ET DES REVES Nord