Ma question relative au projet du Canal Seine Nord

IMG_20170711_173519

Lors des questions d’actualité au Sénat du mardi 11 juillet, j’ai posé une question relative au projet du canal Seine Nord, adressée au Premier Ministre.

La réponse de Madame la Ministre est inentendable, inacceptable, le combat continue !

 (…)

Canal Seine-Nord

Mme Catherine Génisson . – J’associe à cette question mes collègues des départements du Nord, du Pas-de-Calais et de la Somme.

Le calendrier du canal Seine-Nord a déjà fait l’objet d’une question de notre collègue Jean-François Rapin qui a jeté un pavé dans la mare – ou dans le canal… Ce projet structurant a été relancé lors du Grenelle de l’environnement en 2007-2008 ; après un rapport de 2012, une mission de reconfiguration en 2013, l’Union européenne a annoncé en 2015 une participation d’1,8 milliard d’euros – soit 42 % du coût. Les acteurs institutionnels s’étaient engagés pour un début des travaux fin 2017. Gérald Darmanin, alors premier vice-président du conseil régional des Hauts-de-France, plaidait pour un démarrage rapide.

En mars 2017, le président de la République, alors candidat, confirmait les trois grands projets en cours : Bordeaux-Toulouse, Lyon-Turin et canal Seine-Nord. Ce dernier ne peut plus attendre. Le Gouvernement doit passer à l’action. (Applaudissements sur les bancs du groupe socialiste et républicain ; M. Éric Bocquet applaudit également.)

Mme Élisabeth Borne, ministre auprès du ministre d’État, ministre de la transition écologique et solidaire, chargée des transports . – Je mesure pleinement les interrogations que suscite la pause annoncée par le président de la République. Je sais l’attachement des élus des Hauts-de-France à ce projet et les attentes qu’il a fait naître. Mais des engagements ont été pris sans vision d’ensemble : ils représentent une impasse de 10 millions d’euros. (On s’indigne sur les bancs du groupe socialiste et républicain.)

Mme Valérie Létard. – Il s’agit de 25 000 emplois !

Mme Élisabeth Borne, ministre. – L’État ne dispose pas aujourd’hui des ressources nécessaires.

En organisant les Assises de la mobilité, qui associeront l’ensemble des acteurs, nous identifierons les besoins de chaque territoire afin d’élaborer une vision d’ensemble adaptée aux ressources mobilisables.

M. Didier Guillaume. – Il faudra aller le dire aux habitants.

Mme Élisabeth Borne, ministre. – Cette approche ne peut qu’être partagée par le Sénat, si j’en crois ses nombreux rapports… Nous ne doutons pas que nous parviendrons à une solution soutenable financièrement.

M. Didier Guillaume. – Très mauvaise réponse, qui n’est pas à la hauteur des enjeux.

La séance est suspendue à 17 h 35.

source : http://www.senat.fr/cra/s20170711/s20170711_2.html#par_443

Retrouvez l’intégralité de ma question en vidéo : http://videos.senat.fr/video.364375_5964b591a690e.seance-publique-du-11-juillet-2017-apres-midi

 

Pas encore de commentaires.

Laisser un commentaire

MARS Centrafrique |
Bling-bang-blog du 6 mai |
Le vécu Algérien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Blog "Ensemble, dynamisons ...
| EUROPAC PAPETERIE DE ROUEN
| DES IDEES ET DES REVES Nord