• Accueil
  • > Archives pour juillet 2015

Archive pour juillet, 2015

Responsabilité et solidarité

4943803_francoishollande

Lors de la traditionnelle conférence de presse du 14 juillet, le Président de la République, François HOLLANDE, a abordé de nombreux sujets d’actualité : l’accord avec la Grèce et la zone euro, le terrorisme et la sécurité nationale, l’économie française et la politique intérieure.

Déterminé et serein, le Chef de l’Etat a débuté cet entretien sur la signature d’un accord avec la Grèce : « c‘est l’Europe qui a gagné et la France qui a pris toute sa place et joué tout son rôle. »

Sans triomphalisme, François HOLLANDE a insisté sur l’importance du « couple franco-allemand », véritable moteur dans la conclusion de cet accord européen.

Sur cette séquence européenne délicate, les revirements et les propos de Nicolas SARKOZY à l’égard de la Grèce, et du Président de la République, n’ont heureusement eu aucune incidence sur la crédibilité de « la voix de la France » dans ces négociations pour la conclusion d’un accord indispensable.

Au delà des divergences partisanes, l’intérêt supérieur de la Nation exige une responsabilité individuelle et collective d’informer sans effrayer, de dialoguer dans le respect sans jugement hâtif et dénigrant, de demeurer unis dans nos différences pour défendre nos valeurs républicaines et nos libertés.

Dans ce sens, le vote massif des parlementaires français à l’Assemblée Nationale et au Sénat, en soutien à l’accord proposé par la Grèce, démontre l’unité nationale devant la position française soutenue par François HOLLANDE, attitude unanimement saluée dans la réussite de ces négociations européennes.

Pour conclure sur cette question, je reprends à mon compte la déclaration du Ministre des Finances et des Comptes Publics, Michel SAPIN : « Il y a des audacieux tranquilles et des agités très conservateurs. L’audace, ce ne sont pas les mouvements d’épaules »

D’autre part, le Président de la République a annoncé sa volonté de faire des « propositions pour un gouvernement économique européen » dans une réflexion commune avec nos « amis allemands » afin que les partenaires de l’Union européenne puissent répondre aux difficultés de crises socio-économiques.

Dans ce sens, le Chef de l’Etat a évoqué la mise en place d’un « budget de la zone euro » afin de « pouvoir agir en terme d’investissement » pour « donner à l’Europe des bases plus solides, plus fortes dans l’intérêt des peuples ».

Interrogé sur les menaces terroristes et notre sécurité commune, François HOLLANDE a fait preuve de détermination en rappelant que « nous sommes mobilisés et je ne veux pas que les Français puissent avoir le moindre doute sur le dispositif que nous avons mis en place. Actuellement, il y a 30.000 policiers, gendarmes, militaires qui surveillent des sites ».

Rappelant que les premières victimes des terroristes islamistes de Daech « sont des victimes musulmanes en Syrie et en Irak, et puis les chrétiens d’orient qui font l’objet là aussi de massacres », le Président de la République a insisté avec force : « nous sommes un peuple qui ne doit jamais céder face à la menace » parce que « ce que cherche ce groupe, c’est nous diviser », précisant de nouveau la nécessité de l’unité et de la cohésion nationale « face à des groupes qui veulent mettre en cause les civilisations, toutes les civilisations ».

Puis, sur la thématique économique, François HOLLANDE a abordé avec sincérité le retour de la croissance enclenché, indiquant qu’« 1,2% de croissance » c’est au dessus des prévisions, mais c’est encore « trop faible (…) si on veut créer de l’emploi, il faut en faire une peu plus ».

Revenant sur les mesures prises : baisses de cotisations sociales des entreprises, le Pacte de Responsabilité, la loi pour la Croissance et l’Activité, ainsi que « les mesures des baisses d’impôts qui vont donner pour 9 millions de ménages un supplément de pouvoir d’achat » et la prime d’activité pour les salariés, le Chef de l’Etat a précisé de nouveau sa volonté d’activer tous les « facteurs de croissance » afin de « libérer un certain nombre d’activités ».

Toujours sur la problématique économique et de l’emploi, il a déclaré : « Je vais faire préparer une loi sur le numérique, tout ce qui est activités nouvelles, tout ce qui peut provoquer plus d’emplois (…) la France est un pays de technologie ».

Assumant l’action gouvernementale pour le redressement de la France, le Président de la République assume de faire « les choix les plus audacieux mais, en même temps, les plus protecteurs pour les entreprises et notre modèle social ».

De plus, François HOLLANDE a rappelé avec responsabilité l’objectif de redressement des comptes publics : « nous avons réduit les déficits tout au long de ces 3 dernières années, mais il faudra continuer (…) en faisant des économies »,  sans aucune hausse d’impôts.

Répondant à la question relative à la prochaine élection présidentielle de 2017, le Président de la République a déclaré : « Si je pensais à l’élection présidentielle aujourd’hui, franchement je serais à côté du sujet (…) Je serai jugé sur une obligation de résultat ».

Enfin, le Chef de l’Etat a précisé que « Manuel VALLS a vocation à rester (Premier ministre) jusqu’à la fin du quinquennat » afin de continuer les réformes nécessaires pour réussir le redressement de la France dans la Justice.

Dans la conclusion de cet entretien, François HOLLANDE assume d’être « un homme de Gauche » et d’être avant tout le Chef de l’Etat : « J’agis dans l’intérêt national et en même temps dans le respect de mes convictions », ajoutant avec lucidité que « la Gauche, on lui demande beaucoup plus qu’à tout autre mouvement politique, (…) on lui demande de transformer pour assurer plus d’égalité et plus de liberté ».

Dans cette période socio-économique exigeante en termes d’efforts et de réformes structurelles, qui instille un doute dans nos valeurs républicaines, la crainte dans notre avenir commun voire le repli sur soi, nous devons garder confiance dans nos valeurs républicaines de vivre ensemble, qui sont le socle de notre modèle social, car comme le disait Victor HUGO : « Je veux que la République ait deux noms : qu’elle s’appelle Liberté, et qu’elle s’appelle chose publique. »

1...34567...10

MARS Centrafrique |
Bling-bang-blog du 6 mai |
Le vécu Algérien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Blog "Ensemble, dynamisons ...
| EUROPAC PAPETERIE DE ROUEN
| DES IDEES ET DES REVES Nord