• Accueil
  • > Archives pour juillet 2014

Archive pour juillet, 2014

Des impôts en baisse pour les classes moyennes en 2015

manuel-valls-annonce-une-baisse-des-impots-pour-les-classes-moyennes-11209078vvzpw

Poursuivant une action pour plus de justice sociale et fiscale et confirmant que « la ligne du gouvernement ne variera pas », le Premier ministre Manuel VALLS s’est fait une nouvelle fois le défenseur du réformisme en rappelant que « rien ne serait plus dramatique que l’immobilisme, car l’immobilisme, c’est le déclin ».

Le Premier ministre a également tenu à montrer que le Gouvernement reste tourné vers l’entreprise mais avec une attention particulière pour les salariés.

Il faut « favoriser l’esprit d’initiative et l’envie d’entreprendre », affirme le Chef du Gouvernement, annonçant les futures baisses d’impôts.

Ainsi, « le projet de loi de finances 2015 organisera une nouvelle baisse d’impôt sur le revenu des ménages des classes moyennes, ce qui soutiendra ainsi le pouvoir d’achat ».

Faisant un rapprochement entre le pouvoir d’achat des ménages et « la question des prélèvements obligatoires qui sont trop élevés », Manuel VALLS a rappelé le mouvement de baisse des impôts dans les lois financières en cours de discussion au Parlement, précisant que dès 2014, 3,7 millions de ménages verront leur impôt sur le revenu baisser jusqu’à 700 € et que 1,9 million de ménages ne paiera pas l’impôt sur le revenu.

Prolongée et pérennisée dans le cadre de la loi de finances pour 2015, la mesure permettra de soutenir le pouvoir d’achat et la croissance.

Par ailleurs, en allouant une enveloppe budgétaire supplémentaire pour l’apprentissage, le Premier Ministre rappelle les trois principes qui devront sous-tendre l’action avec les partenaires sociaux : « Plus d’emploi, plus de croissance et plus de dialogue social ».

Face à la baisse du nombre d’apprentis, il a rappelé l’objectif de 500.000 apprentis en 2017, fixé par le Président de la République.

Dès lors, « 200 millions supplémentaires seront dégagés pour appuyer ce mouvement au Parlement dès la semaine prochaine » a assuré Manuel VALLS. Une « aide de 1.000 € par apprenti sera mise en place dans les secteurs professionnels ou un accord de branche aura été conclu ».

Face aux préoccupations quant à une absence potentielle de contreparties réelles sur la baisse des charges pour le patronat, le Premier Ministre a donné quelques gages, rappelant que « le pacte repose sur des engagements qui doivent être réciproques ».

« L’effort que la nation fait ici en faveur des entreprises est un effort sans précédent. Alors que le gouvernement tient et tiendra ses engagements, il doit en être de même pour « les entreprises qui doivent intégrer l’effort accompli par nos compatriotes ».

Dès lors, quand les baisses de charges s’élèvent à 40 milliards d’euros pour les entreprises, il revient au patronat d’avancer plus en avant dans les négociations au sein des branches professionnelles sur les objectifs de créations d’emplois en contrepartie des aides prévues par l’Etat.

Le Chef du Gouvernement a par ailleurs précisé de nouveau que la « garantie jeunes », décidée dans le cadre du plan gouvernemental de lutte contre la pauvreté, laquelle permet l’allocation d’environ 450 € mensuels pour des 18-25 ans précaires, devrait concerner 100.000 jeunes en 2017.

La garantie jeunes est expérimentée avec succès depuis la fin septembre 2013, elle concerne actuellement dix départements.

Le Premier Ministre avait prévu lors de son lancement qu’elle concernerait 10.000 jeunes sur les dix territoires pilotes, « avant une montée en charge progressive sur l’ensemble du territoire national d’ici à 2016, pour 100.000 jeunes par an en rythme de croisière ».

Fort d’un bilan positif du dispositif essentiel pour aider à l’insertion des jeunes, le Gouvernement confirme sa volonté d’accélérer avec l’objectif de 50.000 jeunes dès 2015, pour aller vers 100.000 en 2017.

Enfin, le Premier Ministre a également confirmé mardi une concertation sur la question des seuils sociaux les plus efficaces de représentation du personnel en entreprise, jugeant un accord toujours possible.

« Chaque salarié -y compris les salariés des TPE- a droit à une forme de représentation collective, dans laquelle il doit se reconnaître », a-t-il dit.

Reconnaissant le caractère sensible du sujet, il n’en a pas moins rappelé la nécessité de poser la question de la forme de représentation et de dialogue social la plus efficace : « la plus efficace, non pas formellement, mais réellement. Il ne s’agit pas d’avoir une représentation qui soit contournée, ou qui soit dissuasive, pour les petites entreprises en développement », a plaidé Manuel VALLS. « Je crois qu’il est possible de trouver un accord si chacun accepte cette idée de compromis positif et constructif », a-t-il estimé.

C’est dans cette optique que le Premier Ministre aspire à ce que les partenaires sociaux interprofessionnels s’emparent de cette question, au cœur du débat lancé par son ministre du Travail, de l’Emploi et du Dialogue social, François REBSAMEN.

Une feuille de route sociale pour un Gouvernement soucieux de poursuivre de façon constructive et efficace le dialogue avec les partenaires, pour aller vers plus de croissance et plus d’emploi.

1...678910

MARS Centrafrique |
Bling-bang-blog du 6 mai |
Le vécu Algérien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Blog "Ensemble, dynamisons ...
| EUROPAC PAPETERIE DE ROUEN
| DES IDEES ET DES REVES Nord