Archive pour juin, 2014

Situation des intermittents : entendre la réponse sociale et politique du Gouvernement

Alors que les intermittents du spectacle protestent depuis des semaines, le Premier Ministre Manuel VALLS, qui a tenu à rappeler avec justesse que notre culture est l’un de nos grands secteurs d’excellence en représentant plus de 3 % de notre PIB et de nombreux emplois, a avancé des propositions concrètes très fortes qui révèlent la volonté gouvernementale de soutenir la culture et défendre son exception.

L’accord conclu le 22 mars par le patronat et les syndicats avait déclenché une fronde de ces derniers, bien que poursuivant un objectif légitime : réduire le déficit de l’assurance-chômage.

Comme les intermittents, dont la mobilisation s’était cristallisée autour du différé d’indemnisation, je considère inacceptable le délai de carence et le durcissement des règles d’indemnisation des chômeurs induit par l’aggravation de ce différé.

Le Gouvernement a pris acte des revendications qu’il a estimé légitimes en y apportant une réponse sociale urgente : l’Etat va prendre en charge le délai de carence afin que les bénéficiaires du régime ne ressentent pas les conséquences de cette modification.

Provisoire, cette mesure d’apaisement représentera un coût de 40 millions d’euros pour l’Etat, le temps qu’une solution pérenne soit trouvée.

Le Premier Ministre pose ce principe de neutralisation du différé dans les mois à venir, le temps d’engager une nouvelle donne pour le régime des intermittents.

C’est en effet fort de cette volonté de répondre également à la crise dans sa dimension culturelle que le Gouvernement a annoncé la mise en place d’une mission pour redéfinir d’ici la fin de l’année le statut d’intermittent ainsi que le maintien intégral des crédits budgétaires dédiés à la création et au spectacle vivant pour 2015, 2016 et 2017.

Ce maintien du budget de la Culture, qui constitue une véritable réponse politique après la réponse sociale, semble donner satisfaction à la coordination des intermittents.

« C’est un effort très significatif dans cette période de diminution de la dépense publique et il atteste de l’importance que le Gouvernement accorde à la création culturelle ».

Par ces mesures concrètes qui préfigurent une réflexion globale, le Gouvernement laisse le temps de mettre en place « les conditions d’une discussion loyale » entre tous les interlocuteurs (partenaires sociaux, représentants des intermittents, employeurs du secteur culturel, Gouvernement) pour remettre à plat le statut des intermittents.

A l’instar de Manuel Valls, je considère qu’ « il nous faut rompre avec ce cycle infernal de crise et de tensions. (…). Il va falloir inventer, innover,  créer les conditions d’une nouvelle donne pour l’intermittence ».

Loin d’être une manœuvre « pour passer l’été », le Gouvernement apporte une véritable réponse tant sociale que politique dont la profession doit en appréhender toute la portée.

A travers cette volonté de justice et d’équité qui fonde les décisions annoncées par Manuel VALLS, tant dans l’urgence que de façon plus pérenne, c’est aussi le développement humain, culturel et économique des territoires qui est en cause.

C’est à cette dimension humaine, au centre de tout acte de création artistique, que le Gouvernement se réfère en dégageant les mesures d’une politique volontariste en faveur de l’intermittence, et plus généralement des artistes.

« Sans culture, la vie n’est que sécheresse. La culture, ce n’est pas un supplément d’âme. Non ! C’est l’âme de notre pays. Elle innerve notre société. Elle en assure la cohésion. Elle rassemble. Elle fédère. Elle dit beaucoup de ce que nous sommes. La culture, c’est l’épanouissement, c’est l’émancipation des individus ».

12345...7

MARS Centrafrique |
Bling-bang-blog du 6 mai |
Le vécu Algérien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Blog "Ensemble, dynamisons ...
| EUROPAC PAPETERIE DE ROUEN
| DES IDEES ET DES REVES Nord