• Accueil
  • > La politique internationale
  • > La France débute 2013 dans le débat national sur le « mariage pour tous », et dans le combat international contre l’obscurantisme et le fanatisme

La France débute 2013 dans le débat national sur le « mariage pour tous », et dans le combat international contre l’obscurantisme et le fanatisme

En ce début d’année 2013, l’actualité nationale et internationale demeurent fortes et lancent de nombreux débats quant aux choix et décisions du Président de la République et du Gouvernement.

Avant tout, je tiens à apporter mon soutien chaleureux à nos troupes présentes au Mali, qui participent activement à la lutte contre les extrémistes aux côtés de l’armée malienne. Ces fanatiques, qui font honte à leur religion, détiennent par la force une région plus grande que la France, transformant ce territoire en une tyrannie de « fous de Dieu », très violente envers les populations et particulièrement les femmes, ainsi qu’en une base arrière pour des intégristes religieux qui ne désirent que la perte de la Démocratie et de la Liberté. Aussi, je soutiens avec détermination la difficile décision, mais juste, de François HOLLANDE sur notre intervention dans ce conflit.

En France, le « mariage pour tous » continue d’être au centre des discussions après les manifestations importantes « pro et anti ». Je me suis déjà exprimée en faveur de cette extension du mariage, je défends avec conviction la position du Gouvernement.

Je rappelle que le débat concerne le « mariage pour tous » et non le « mariage gay », car il s’agit de l’extension aux couples homosexuels de droits dont bénéficient déjà les couples hétérosexuels, c’est à dire l’application de l’égalité des droits par la reconnaissance de la différence, un fondement de vos valeurs républicaines.

D’ailleurs, François HOLLANDE a été élu en défendant avec force cet engagement, 31ème proposition sur les 60 de son programme présidentiel : « J’ouvrirai le mariage et l’adoption aux couples homosexuels ». Proposition dont je rappelle qu’elle est une réalité dans 14 pays à travers le Monde (Afrique du Sud, Argentine, Brésil, Canada, États-Unis, Islande, Mexique) dont 7 pays européens (Belgique, Danemark, Espagne, Norvège, Pays-Bas, Portugal, Suède).

Personnellement, je ne vois aucun problème à l’ouverture au droit à l’adoption à un couple homosexuel. Par contre, j’ai dit que « (…) je ne voterai pas l’amendement sur la procréation médicale assistée (P.M.A). Car il faut au Peuple le temps de s’approprier une telle évolution sociétale, mais aussi parce que l’on parle d’égalité des droits, et que là, on créerait une inégalité entre les couples de femmes et les couples d’hommes » (La Voix du Nord le 25 novembre 2012). Dans ce même article, j’exprime mon opposition à la Gestation Pour Autrui (G.P.A), car j’estime que « c’est une instrumentalisation, une marchandisation de la femme, même si dans certains cas, cela peut se faire dans le cadre de la cellule familiale. Cela serait source de relations étranges ».

C’est pourquoi, je pense que la P.M.A et la G.P.A nécessitent un véritable temps de réflexion et de débat afin d’apporter une solution qui respecte les valeurs de notre République et des droits de chacun.

Pour finir, rappelons que « pour ou contre », nos convictions personnelles ne changent pas la réalité des couples homosexuels et de l’homoparentalité, comme l’indique un article paru le 07 novembre dernier dans Le Monde : (…) Selon une enquête I.F.O.P publiée en janvier, environ 6,5 % de la population âgée de 18 ans et plus se définit comme homosexuelle ou bisexuelle. L’Institut National d’Études Démographiques (I.N.E.D) évalue les couples corésidents de même sexe à 1 % du nombre total des couples, soit environ 150 000. L’I.N.E.D estime entre 24 000 et 40 000 le nombre d’enfants vivant dans ces familles. Ce chiffre prend en compte les enfants vivant à plein-temps avec deux personnes de même sexe (donc ni les coparentalités, ni les gardes partagées avec un parent homosexuel, ni les enfants vivant avec un parent célibataire ou en relation de couple sans cohabitation). Les associations de parents homosexuels évoquent 200 000 à 300 000 enfants élevés « dans un contexte homoparental ».

Pas encore de commentaires.

Laisser un commentaire

MARS Centrafrique |
Bling-bang-blog du 6 mai |
Le vécu Algérien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Blog "Ensemble, dynamisons ...
| EUROPAC PAPETERIE DE ROUEN
| DES IDEES ET DES REVES Nord