Le dialogue social pour agir sur l’emploi

Le dialogue social pour agir sur l’emploi dans La politique nationale M.SAPIN-metrofrance.com_-300x153

Le 07 septembre dernier, Michel SAPIN, Ministre du travail, de l’Emploi, de la Formation Professionnelle et du Dialogue Social a remis le document d’orientation concernant la « sécurisation de l’emploi ».

Ce document a été réalisé après une longue consultation des partenaires sociaux (syndicats et patronat) cet été.

Après plus de trente ans de réflexion et de négociation sur la modernisation du marché du travail, le dialogue estival (débouchant sur ce document d’orientation) permet une entrée concrète dans une réelle « refondation équilibrée » du marché du travail sans « déréglementation » dangereuse ni « sur-réglementation » mais en ouvrant des possibilités d’adaptation aux entreprises en difficulté, tout en réduisant la précarité sur l’emploi.

La question de la sécurisation de l’emploi, priorité du Président de la République, est déjà dans l’actualité de l’action gouvernementale à travers la présentation du « pacte générationnel », dispositif qui permettra de répondre aux difficultés conjuguées de l’insertion des jeunes dans le monde du travail et du chômage des séniors.

Le Gouvernement, qui veut créer 500 000 « contrats de génération » sur le quinquennat, invite à l’ouverture dans les meilleurs délais des négociations avec les partenaires sociaux, tout en étant déjà force de propositions concernant l’application de ce contrat dans les différentes échelles d’entreprises ainsi qu’en proposant une réflexion sur une possible extension de ce dispositif aux chefs d’entreprise.

Après les discussions importantes et constructives de l’été, le préambule du document d’orientation sur la sécurisation de l’emploi exprime bien le sens politique donné à ce futur dispositif : « Renforcer la sécurité de l’emploi – au niveau individuel du salarié dans son parcours professionnel comme au niveau collectif de l’entreprise -, c’est nécessairement concilier : la protection et l’accompagnement des salariés (…), les marges d’adaptation des entreprises (…) particulièrement utiles pour surmonter les chocs conjoncturels ; un haut niveau de dialogue social dans les entreprises ».

Faire que l’égalité Homme/Femme soit une réalité concrète, lutter contre la précarité sur le marché du travail, mieux anticiper les évolutions d’activité, de l’emploi et des compétences, améliorer les dispositifs de maintien dans l’emploi face aux aléas conjoncturels et les procédures de licenciements collectifs, telles sont les problématiques posées pour le futur projet de loi que le Michel SAPIN veut faire voter avant la fin de l’année.

C’est sans démagogie et dans un dialogue ouvert et sincère que le Gouvernement veut répondre dans une approche « gagnant-gagnant », c’est à dire sans cacher les sujets contradictoires, comme par exemple les accords de sauvegarde de l’emploi et l’encadrement du temps partiel subi, la protection et l’accompagnement des salariés avec les marges d’adaptation des entreprises, …

Le défi du redressement de la France ne fait que commencer mais le Gouvernement, sous l’impulsion du Président de la République, travaille avec détermination dans ce sens.

les dispositifs de maintien dans l’emploi face aux aléas conjoncturels et les procédures de licenciements collectifs, telles sont les problématiques posées pour le futur projet de loi que le Michel SAPIN veut faire voter avant la fin de l’année.

François HOLLANDE montrait déjà la voie de la détermination en février 2007 en déclarant : « Nous devons lutter contre toutes les peurs, et n’avoir peur de rien pour nous même ».

Sénatrice du Pas-de-Calais, je souhaite vivement participer à la question fondamentale qu’est le sujet de l’emploi et de la bonne santé de nos entreprises, à qui nous devons permettre les meilleures conditions possibles de compétitivité, dans le respect du droit du travail.

Commentaires

  1. Fabrice Koumal dit :

    Madame la Sénatrice,

    Plusieurs économistes (indépendants) annoncent l’imminence d’un effondrement économique, financier et social mondial d’ici quelques mois.

    Tous les indicateurs passent au rouge vif les uns après les autres, et la situation peut très vite devenir totalement ingérable et déboucher sur le chaos et la violence.

    Or des solutions de type « Roosevelt » peuvent être rapidement envisagées en France pour rompre le cercle vicieux : austérité/récession/surendettement des états et faillite globale.

    Un collectif de 60 intellectuels, élus, et personnalités médiatiques de tous horizons, rejoints par plus de 84000 citoyens propose une panoplie de 15 mesures d’urgence à mettre en œuvre immédiatement pour d’une part stopper l’évolution de la crise en quelques mois, et d’autre part créer 2 MILLIONS D’EMPLOIS CDI en 5 ans, essentiellement privés, et ce sans ruiner l’état, ni les entreprises, ni le contribuable.

    Le site web du collectif ROOSEVELT 2012 :
    http://www.roosevelt2012.fr/

    La cause fondamentale de la crise n’est pas la finance mais le CHÔMAGE et la PRECARITE de MASSE, en augmentation constante depuis 30 ans, qui ont artificiellement maintenu les salaires à un niveau historiquement bas par une négociation salariale résumée à « Si tu n’es pas content tu peux aller voir ailleurs ».

    Il est donc impératif de mettre en place des solutions d’urgence et très « puissantes » pour éradiquer ces véritables cancers de nos sociétés, et ce sans attendre le retour hypothétique de la croissance.

    La principale origine de l’explosion du chômage n’est pas le coût du travail mais la REVOLUTION TECHNOLOGIQUE que nous vivons depuis 30 ans (j’en parle en connaissance de cause je suis moi-même ingénieur informatique), qui ont permis des gains de productivité sans précédent dans l’histoire, mais sans que ceux-ci n’aient été accompagnés d’une répartition équitable entre actionnaires et salariés.

    Le meilleur moyen de répartir ces gains, de régler en grande partie le problème du chômage et donc d’augmenter les salaires afin de relancer la consommation et la confiance générale en l’avenir est de jouer sur le TEMPS de TRAVAIL, sujet dont il faut réouvrir le débat sans plus attendre.

    Je vous serais extrêmement obligé de bien vouloir considérer avec tout le sérieux possible le collectif ROOSEVELT 2012, qui selon moi propose les analyses les plus pertinentes sur les causes réelles de la crise actuelle, et les solutions les plus efficaces pour éviter un effondrement total de notre société.

    Veuillez agréer, Madame la Sénatrice, l’expression de ma considération la plus distinguée.

    Fabrice Koumal

Laisser un commentaire

MARS Centrafrique |
Bling-bang-blog du 6 mai |
Le vécu Algérien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Blog "Ensemble, dynamisons ...
| EUROPAC PAPETERIE DE ROUEN
| DES IDEES ET DES REVES Nord