Archive pour août, 2012

« De l’argent public doit permettre d’avantager l’emploi en France » (Michel SAPIN)

Suite à l’attribution d’un marché de hot-line de l’autorité des transports franciliens à un prestataire implanté au Maroc, le Président de la République s’est exprimé vendredi dernier, en indiquant que même si les « règles ont été respectés » par le S.T.I.F (syndicat de gestion des transports publics en Ile-de-France), il demande vivement que « chaque responsable public, en fonction des règles qui existent, des règles de la concurrence, à faire autant qu’il est possible prévaloir le travail en France ».

François HOLLANDE a précisé : « Je ne suis pas favorable à ce que nous entrions dans une surenchère protectionniste ».

Le Chef de l’Etat a aussi souligné qu’il « demande à tous les responsables publics, où qu’ils se situent, même s’ils ne sont pas dans la sphère étatique, et donc les collectivités locales, d’être très attentifs» avant de conclure que « chaque fois qu’il est possible, en fonction des règles que nous connaissons et que nous devons respecter (…) qu’il y ait le choix de ce que tout ce qui peut être favorable à la fabrication en France ou au travail en France. Chacun doit entendre ce message ».

Insistant sur le respect des règles dans l’attribution de ce marché public, le Président du S.T.I.F, Jean-Paul HUCHON, a promis qu’il « étudiera toutes les voies légales possibles » pour tenir compte de ces exigences.

Dans la même volonté politique que le Président de la République, Michel SAPIN, le ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social, indiquait en début de semaine les pistes de réflexion pour que « sans rentrer dans une sorte de protectionnisme imbécile, faire en sorte que les entreprises qui travaillent à la suite de marchés publics puissent faire valoir le fait qu’elles produisent en France, c’est ça qu’il faut essayer de faire évoluer ».

En effet, même si la question de l’évolution du code des marchés publics apparaît nécessaire, le Ministre du Travail insiste sur le fait qu’« il existe des possibilités dans un appel d’offres d’écrire des clauses sociales ou environnementales, on peut très bien enrichir un appel d’offres d’un certain nombre de clauses » et que « l’argent public doit permettre d’avantager l’emploi en France ».

En cette période socio-économique difficile, et particulièrement pour les plus précaires, nous nous devons d’apporter une analyse fine et une réflexion globale approfondie afin de véritablement comprendre les enjeux importants de notre société, de notre économie et de notre Avenir commun, afin d’y apporter les réponses justes et adaptées sans se laisser happer par les propos à « l’emporte-pièces » et les « y’a qu’à, faut que » qui n’apportent qu’une réponse démagogique, un « faux coupable » et de « fausses solutions de facilité » qui ne répondent ni aux véritables problématiques existantes, ni à la construction d’un projet politique de progrès et de justice sociale pour l’intérêt général.  

1234

MARS Centrafrique |
Bling-bang-blog du 6 mai |
Le vécu Algérien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Blog "Ensemble, dynamisons ...
| EUROPAC PAPETERIE DE ROUEN
| DES IDEES ET DES REVES Nord