• Accueil
  • > Archives pour juillet 2011

Archive pour juillet, 2011

Primaire PS : « Je ne pense pas à un retour de DSK » Par Anne LORRAIN, LCI

 Sur le terrain avec… – DSK, primaires, Lagarde au FMI, remaniement, chômage, libération des otages… Les médias en ont fait leur Une cette semaine. Et dans le Pas-de-Calais, dans la circonscription de la députée socialiste Catherine Génisson, de quoi a-t-on parlé ?

Pour être certaine de ne pas se couper du terrain, Catherine Génisson s’impose chaque mois une garde de 24h au CHU d’Arras. La députée socialiste n’a jamais voulu mettre entre parenthèses son premier métier, médecin anesthésiste. Elle était  d’ailleurs avant son élection, en 1997, chef des Urgences de l’hôpital d’Arras. Autre combat pour Catherine  Génisson, la place de la femme dans la société. La loi portant son nom, votée en 2001, traite de l’égalité homme-femme au travail.

A la personnalité bien trempée, la députée du Pas-de-Calais s’est peu à peu imposée dans une région qui compte d’autres femmes lancées en politique: Martine Aubry dans le département voisin du Nord et Marine Le Pen qui, -même s’il elle a quitté le conseil municipal de Hénin-Beaumont pour son mandat de député européen-, est toujours conseillère régionale du Nord-Pas-de-Calais.

Aujourd’hui à la tête de la fédération socialiste de son département, Catherine Génisson soutient Martine Aubry alors qu’une bonne partie des militants soutient François Hollande. Sur le terrain, avec une semaine particulièrement marquée par l’actualité socialiste, la députée était d’autant plus à l’écoute de ses administrés…

TF1 News : Les rebondissements n’en finissent plus dans l’affaire DSK, une affaire dont vos administrés vous parlent ?

C. Génisson : C’est effectivement un sujet qui a été très largement évoqué par tout le monde, sur deux plans: le manque provoqué par l’absence de Dominique Strauss-Kahn au PS et aussi ce pour quoi il a été arrêté et mis en examen. Globalement, pour la majorité des gens, c’est une histoire insensée et les derniers évènements confortent l’idée qu’il s’agit d’une histoire abracadabrante…

TF1 News : Croyez-vous possible un retour de DSK dans la course à la présidentielle ?

C. G. : Je ne pense pas à un retour même si je le souhaite très fortement. Il faut imaginer le traumatisme psychologique. Même si DSK est un animal politique, ce n’est pas forcément la première chose à laquelle il pense. S’il est blanchi, les choses vont prendre du temps et pas sûr qu’il ait envie de replonger dans la sphère politique, il y aura une période de reconstruction nécessaire. Mais je ne doute pas qu’on le revoie sur le plan national ou international.

TF1 News : Réclamez-vous comme d’autres une suspension des primaires ?

C. G. : Non. Le dispositif est mis en place, il faut s’en tenir au calendrier.

TF1 News : Le fait qu’il ait eu peut-être une relation extraconjugale peut-il porter préjudice à une candidature ?

C. G. : Il faut s’abstenir de porter des jugements. Mais ne fermons pas les yeux, il y a eu des affaires officialisées comme celle de François Mitterrand par exemple, mais cela relève de la sphère privée dès lors qu’il s’agit de relations positives et non contraintes. Je pense que la sphère privée n’a pas à être partagée avec le concitoyen.

TF1 News : Mardi, comment vos administrés ont-ils réagi à l’annonce de la candidature de Martine Aubry ?

C. G. : Les réactions sont tranchées mais majoritairement, les gens rencontrés soutiennent sa candidature. Ils sont heureux et vont pouvoir enfin se mobiliser pour participer aux primaires. J’ai fait mon choix, je soutiens la candidature de Martine Aubry.

TF1 News : Pourtant, une bonne partie du Nord et Nord – Pas-de-Calais est acquise à la cause de François Hollande ?

C.G. : Les choix sont partagés. Chez les députés du département par exemple, il y a un équilibre entre les soutiens de Martine Aubry et ceux de François Hollande. Car ce que veulent les gens, c’est éviter les pugilats, ça ne les intéresse pas de nous voir nous battre entre nous. Ils attendent un débat politique, pas qu’on « se bouffe le nez »…

 TF1 News : Vous étiez donc mardi à la déclaration de candidature de Martine Aubry et au meeting de François Hollande le soir même dans votre département ?

C. G. : J’étais à la déclaration de candidature de Martine Aubry mais je n’ai pas pu aller au meeting de François Hollande car retenue à l’Assemblée. Mais en tant que 1ère Secrétaire fédérale du PS du Pas-de-Calais, je serai impartiale et veillerai à accueillir avec neutralité tous les candidats à la primaire socialiste.

TF1 News : Les sentez vous inquiets du risque de « fichage politique » mis en cause par l’UMP ?

C. G. : Non ! C’est une vue de l’esprit UMP !

TF1 News : Sur le terrain, s’est-on étonné de l’arrivée en tête d’Eva Joly à la primaire EELV ?

C. G. : Oui, les gens ont été très surpris ! Les militants verts ont eu le reflexe de voter pour la candidature verte, ils ont été moins sensibles à l’image médiatique que donne Nicolas Hulot.

TF1 News : De manière générale, sentez-vous vos administrés se passionner déjà pour la présidentielle ?

C. G. :
Oui. Beaucoup de gens me disent, cette fois-ci, il ne faut pas qu’on se rate ! Et il y a une grande inquiétude vis-à-vis de Marine Le Pen…

TF1 News : Christine Lagarde a été nommée à la tête du FMI,une nouvelle qui a réjoui vos administrés ?

C. G. : Sur le terrain, on ne note pas de divergence avec Christine Lagarde au-delà de la politique. Car elle a toujours eu des comportements très respectueux des gens, des députés, des institutions. Je l’ai côtoyée à l’Assemblée, elle a beaucoup d’humanité, de la classe, elle est agréable. Mais sur le terrain, mes concitoyens étaient moins fiers de sa nomination au FMI  que celle de DSK. Sans doute à cause de la banalisation, ce n’est plus le sujet principal.

TF1 News : Conséquence du départ de Christine Lagarde, un remaniement.  Est-ce que vos concitoyens du Pas-de-Calais y ont vu un événement ?

C. G. : Oui, mais ça ne les passionne pas. Ils considèrent que rien ne va changer pour eux. Ils ont l’impression que le remaniement a été fait pour organiser la campagne électorale de Nicolas Sarkozy plutôt que pour l’intérêt général.

TF1 News : Sur le plan économique, le chômage est reparti à la hausse, la Grèce s’enfonce dans la crise… des sujets qui effraient ?

C. G. : Ce sont principalement les sujets dont me parlent les gens qui ont de plus en plus de difficultés à joindre les deux bouts, même s’ils travaillent. Dans les préoccupations, il y a plusieurs choses : le pouvoir d’achat, la peur du chômage, le problème du logement, une sorte de mal être et la disparition des services publics. Une partie de ma circonscription est rurale, et voir disparaître une Poste est mal vécu. La fermeture des classes également fait l’unanimité de la colère des gens, de gauche comme de droite…

TF1 News : Pour une fois, une bonne nouvelle a fait l’unanimité dans la classe politique, la libération des otages français ; vos administrés vous en ont-ils parlé ?

C. G. : Oui bien sûr! Mes concitoyens se sont sentis très concernés, ils sont très heureux de cette libération. Avec la photo des otages présentes dans les journaux télévisés, leurs portraits accrochés dans les mairies toute couleur politique confondue, ils faisaient partie du quotidien des gens, ils étaient entrés dans les foyers.

TF1 News : Reconnaissez-vous à Nicolas Sarkozy sa ténacité pour les faire libérer ?

 C. G. : Oui, je ne nie pas sa ténacité mais j’ai envie de dire qu’elle aurait été la même pour tous les présidents, même si je ne souhaite pas amoindrir son engagement.

 TF1 News ; Vous sentez-vous écoutée au PS lorsque vous remontez une inquiétude du terrain ?

C. G. : Oui je le suis, mais il faut reconnaître parfois un certain parisianisme heureusement tempéré par Martine Aubry, femme de terrain.

 TF1 News : Vous vous présentez aux sénatoriales en septembre ; n’avez-vous pas monnayé un soutien à Martine Aubry en échange d’un poste au Sénat ?

 C. G. : Absolument pas ! Avec Martine Aubry, nous avons préféré que je sois plus libre et que j’aie plus de latitude pour prendre à bras le corps le problème des forces politiques gauche/FN… mais je ne changerai pas pour autant mes habitudes parlementaires et serai toujours sur le terrain…

 

123456

MARS Centrafrique |
Bling-bang-blog du 6 mai |
Le vécu Algérien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Blog "Ensemble, dynamisons ...
| EUROPAC PAPETERIE DE ROUEN
| DES IDEES ET DES REVES Nord