Archive pour mars, 2011

Nous avons besoin d’un nouveau cap

Trois remaniements ministériels en moins d’un an, c’est un symptôme, parmi tant d’autres, d’une France qui va mal. Vous le vivez au quotidien, la droite a échoué à répondre efficacement à la crise économique et sociale. Plus grave encore, c’est l’ensemble de notre modèle de société qui est remis en cause : depuis 2007, le gouvernement n’a eu de cesse de favoriser les plus fortunés au détriment des classes populaires et moyennes, y compris en sacrifiant les services publics. Education, santé, police, justice, fiscalité… l’échec est patent et la valse des ministres, qui changent de visage mais pas de politique, n’y changera strictement rien.

Une personnalité, aussi brillante soit-elle, ne pourra effacer l’image durablement détériorée de notre pays à l’étranger.  L’épisode Tunisien n’est que l’épiphénomène d’une politique étrangère dont on aurait bien de la peine à trouver le moindre cap, si ce n’est le renoncement aux valeurs et traditions républicaines qui ont fait de la France à travers le monde le pays des droits de l’homme. La scandaleuse stigmatisation des étrangers et notamment des Roms, le comportement bien peu laïc avec le Pape, la réception en grande pompe de Khadafi, le fumeux « discours de Dakar » en sont quelques exemples qu’il sera bien difficile de faire oublier à nos partenaires.

Il est toutefois un domaine où le Président de la République garde le cap, contre vents et marées. Le bouclier fiscal, que nous avons maintes fois dénoncé pour son coût, son inefficacité à prévenir l’évasion fiscale et son immoralité dans un contexte de crise, sera  -enfin !- supprimé. Mais si le bouclier des riches disparaît, la protection des riches est toujours bien là. C’est donc l’Impôt de Solidarité sur la Fortune qui en fera les frais et, par voie de conséquence, l’ensemble de nos concitoyens qui devront payer une ardoise de 4,5 milliards d’euros.

Il faudra en effet intégralement compenser un nouveau cadeau aux plus riches, soit directement par le biais d’une hausse des prélèvements obligatoires, soit indirectement par une nouvelle saignée des services publics, le patrimoine de ceux qui n’en n’ont pas.

Alors que la dette publique de notre pays atteint un niveau catastrophique, que le contexte social n’en finit pas de se dégrader, il est absolument insupportable qu’on demande comparativement beaucoup plus d’efforts à ceux qui en ont le moins qu’a ceux qui en ont le plus. Je m’y opposerai avec la plus grande vigueur à l’Assemblée nationale.

En tant que socialiste, nous voulons donner à nos concitoyens des raisons de garder espoir en l’avenir. Je vous invite d’ailleurs à lire l’interview de Martine Aubry au Journal Le Monde daté du 3 mars, accessible ici (lien vers l’article), où elle dévoile les priorités du projet que chacun des militants du Parti Socialiste, quelque soit son rôle, sera amené à porter ces prochains mois.

Nous nous battrons pour une France forte, économiquement performante par le biais de l’innovation technologique et sociale, d’une politique industrielle active, d’une agriculture de proximité et de qualité. Nous promouvrons une société de justice et de respect, fondée sur l’égalité réelle, avec des droits adaptés à chacun mais aussi des devoirs. Enfin, nous engagerons de nouvelles pratiques démocratiques pour que les citoyens contribuent réellement aux décisions et à la transformation de la société.

J’aurais l’occasion d’y revenir plus longuement sur le blog ces prochaines semaines.

123456

MARS Centrafrique |
Bling-bang-blog du 6 mai |
Le vécu Algérien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Blog "Ensemble, dynamisons ...
| EUROPAC PAPETERIE DE ROUEN
| DES IDEES ET DES REVES Nord