Archive pour mai, 2010

De la parole aux actes, la Droite creuse un gouffre…

«Le droit à la retraite à 60 ans doit demeurer». C’est ce qu’écrivait le candidat Nicolas Sarkozy dans son programme présidentiel. En 2008, il répétait à la radio qu’il n’avait «pas de mandat» pour repousser l’âge légal de départ à la retraite. Deux ans plus tard, les promesses sont oubliées : une réforme reniant les promesses du Président de la République est en chantier.

Lorsqu’on l’interroge, le Président de la République argue de la violence de la crise économique. La réponse est totalement contestable : les retraites relèvent du contrat social et doivent être pensées au delà de la conjoncture qu’elle soit bonne ou mauvaise.

La crise est un prétexte utile pour revenir sur cet acquis social. En fustigeant rétroactivement la loi de 1983 instituant la retraite à 60 ans, le Président de la République s’affranchit totalement du contexte de ces trente dernières années pour dénoncer ce qu’il estime être, en totale incohérence avec ses propos passés, une mesure condamnable. En d’autres termes, selon lui, ce n’est pas la retraite à 60 ans dans le contexte de crise économique qui pose problème, mais la retraite à 60 ans tout court.

Nous n’accepterons pas un tel recul social et l’injustice qui en découle. En effet, les cadres ne seront que peu touchés : arrivant pour la plupart assez tardivement sur le marché du travail, ils ont majoritairement besoin de travailler au delà de 60 ans pour d’obtenir la retraite à taux plein. Par contre, ceux qui travaillent depuis très tôt seront clairement pénalisés car devront cotiser au delà du temps nécessaire pour arriver à l’âge légal de la retraite. L’injustice est flagrante : si l’espérance de vie des Hommes et des Femmes augmente, il subsiste une différence de 7 ans entre celle d’un ouvrier et d’un cadre due aux horaires, à la pénibilité physique, au travail posté, au travail de nuit, …

Une nouvelle fois, on demande à nos concitoyens des classes populaires et moyennes de payer la facture de la crise née de l’ultralibéralisme. Les plus fortunés, eux, continuent à être protégés par un bouclier fiscal moralement insupportable et économiquement aussi dispendieux qu’inutile. Il y a les paroles du gouvernement, il y a les actes. D’un côté, on promet, la main sur le cœur, que les efforts doivent également porter sur les plus riches. De l’autre, les députés de la majorité ont voté, mardi dernier à l’Assemblée nationale, contre la proposition de loi des socialistes visant à la suppression du bouclier fiscal.

Dans le même temps, la demi-part fiscale supplémentaire accordée à tous les parents isolés ayant élevé au moins un enfant est supprimée. Désormais, les parents isolés dont de très nombreux veufs et veuves devront prouver avoir élevé un enfant seuls pendant au moins cinq ans pour bénéficier de la demi-part supplémentaire. Le gouvernement s’attaque ainsi aux foyers les plus en difficulté. En effet, alors que le plafond de 855 euros attaché à ce droit n’a de pertinence que pour les foyers les plus modestes, ceux-ci voient cet avantage être supprimé soit parce que la condition des cinq ans n’est pas remplie soit parce qu’ils ne peuvent en apporter la preuve. Plus de 3,6 millions de personnes sont concernés et pénalisés par cette réforme.

Dés lors, un nombre croissant de nos concitoyens expriment leur mécontentement. Le succès des manifestations de ce jour, auquel j’ai participé à Arras, le démontre avec éclat.

Le Président de la République en bon pompier pyromane crie haro sur les déficits qu’il a largement contribué à creuser. C’est aujourd’hui qu’a eu lieu « La conférence des déficits publics » avec les collectivités territoriales. Si les maires, les Présidents des Conseils Généraux et Régionaux la boycottent, c’est parce qu’elles ne sont pas dupes de l’objet de la manœuvre, qui tente de leur faire partager la responsabilité du déficit de notre pays.

En réalité, les déficits cumulés des collectivités locales ne représentent qu’un pour cent, un seul pour cent, du déficit des comptes publics. Le véritable déficit, c’est donc bien celui de l’Etat, géré depuis 8 ans par la Droite.

Or, depuis des années, le gouvernement agit de manière irresponsable sur le plan fiscal en multipliant les exonérations et les cadeaux fiscaux à ceux qui n’en n’ont pas besoin. Par là même, il renonce à des rentrées fiscales considérables tout en lançant des accusations aussi ridicules qu’hors de propos sur les politiques publiques menées il y a plusieurs décennies. Margaret Thatcher au Royaume-Uni n’avait pas fait autrement en arrivant au pouvoir en 1979 : couper brutalement les ressources de l’Etat et organiser un déficit abyssal justifiant l’ultralibéralisme destructeur. Voilà le programme qu’applique le Président de la République.

Les collectivités territoriales constituent un frein à cette politique. Il faut donc les mettre au pas, tel est le sens de la réforme territoriale dont j’ai largement traité des dangers sur mon blog ces derniers mois. Le second volet de la réforme est actuellement en débat à l’Assemblée nationale. Il porte notamment sur la création de conseiller territorial qui cumulera les fonctions de conseiller régional et de conseiller général et pose le principe de son mode de désignation. Cette réforme, ou plutôt contre-réforme tant elle va à l’encontre du sens de l’histoire qu’est la décentralisation, aura une victime « collatérale » ; la parité. En effet, alors que le mode de scrutin actuel des élections régionales permet une égale représentation homme-femme, l’avènement des conseillers territoriaux conduira immanquablement à défavoriser l’accès de celles-ci aux responsabilités. Il s’agirait d’un recul insupportable alors que tant reste à faire dans ce domaine, autant dans l’espace politique que  dans la vie familiale ou professionnelle. Nul hasard, d’ailleurs, si la droite a voté mardi dernier contre notre proposition de loi visant à priver de toute aide publique les partis qui ne respecteraient pas la parité hommes/femmes aux élections législatives.

12345

MARS Centrafrique |
Bling-bang-blog du 6 mai |
Le vécu Algérien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Blog "Ensemble, dynamisons ...
| EUROPAC PAPETERIE DE ROUEN
| DES IDEES ET DES REVES Nord