Résister et agir

Sourd au message de nos concitoyens, aveugle à leurs souffrances, le Président de  la République maintient un cap politique qui a fait pourtant preuve non seulement d’une totale inefficacité économique, mais aussi d’une profonde injustice sociale.

Les infirmières et infirmiers du secteur public savent de quoi je parle. Eux à qui le gouvernement avait promis une reconnaissance de la pénibilité de leur emploi ainsi qu’une valorisation de leurs mérites, sont actuellement les victimes d’un véritable marché de dupes.

En effet, en guise de revalorisation, il leur est laissé le choix soit de passer en catégorie A de la fonction publique hospitalière sous réserve de repousser leur retraite de 5 ans, soit de rester en catégorie B avec la retraite à 55 ans mais le gel des salaires. Ce qui s’apparente à un chantage est proprement inacceptable. Dans tous les cas, les infirmiers et infirmières seront perdants, soit en terme de retraite, soit en terme de salaire.

Lors de l’examen de cette disposition à l’Assemblée nationale, nous nous opposerons avec la plus grande fermeté à cette réforme qui, au contraire des propos lénifiants du Président de la République et de Madame la Ministre de la Santé, constitue une nouvelle attaque en règle contre la fonction publique hospitalière.

Plus largement, ce « tour de chauffe » politique apparaît pour le moins inquiétant dans la perspective du prochain débat parlementaire sur la réforme des retraites. Il semble évident que le gouvernement prépare un nouveau tour de vis dont les retraités d’aujourd’hui et de demain pâtiront. Aux cotés des députés socialistes et républicains, je suis et resterait pleinement mobilisée afin de défendre les intérêts des infirmières et infirmiers, des retraités et salariés.

Si la Droite serre la vis au plus grand nombre, force est de constater que tel n’est pas le cas pour les quelques 20 000 contribuables « happy few » qui bénéficient du bouclier fiscal.

En période de crise, cet avantage insupportable est critiqué jusque dans les rangs de la majorité : nombre de députés UMP, en revenant dans leurs circonscriptions, subissent le légitime courroux de nos concitoyens qui, par delà la sensibilité politique qui les distinguent,  ne supportent plus cette différence extrême de traitement. Alors qu’on leur demande de plus en plus d’efforts, que le chômage n’épargne aucune famille, que le déclassement social est une réalité, Ils constatent non sans exaspération que le bouclier fiscal des plus fortunés est bâti de leur argent.

Nicolas Sarkozy a récemment souhaité remettre les pendules à l’heure au sein de ses troupes. Les aiguilles sont maintenues sur l’heure de la rigueur pour 60 millions de nos concitoyens et la générosité pour quelques autres.

L’actualité internationale a été marquée ces derniers jours par les actes de terrorisme en Russie. Ces évènements affreux, perpétrés par des femmes kamikazes en plein cœur du métro de Moscou, ne peuvent être que fermement condamnés. Comment avoir la moindre sympathie pour ces radicaux dont l’objectif est de tuer le plus d’innocents possible ? Pour autant, sans justifier en quoi que ce soit son existence, le terrorisme est engendré par la situation complexe du Caucase. La politique russe depuis une décennie dans cette région n’est pas étrangère à cette situation. L’asservissement du peuple tchétchène, les atrocités commises par les troupes régulières russes et les milices pro-russes,  l’attaque de la Géorgie et la création d’une entité pro-russe en son sein (l’Ossétie du nord, reconnue par seulement 4 pays dans le monde), permettent de comprendre une escalade de la haine qui semble n’avoir aucune limite, quelque soit le camp. En tout état de cause, les actes terroristes restent toujours ignobles, peu importe leur responsable.  

Commentaires

  1. Tony MORALES dit :

    Sourd et aveugle, Sarkozy n’en reste pas moins toujours aussi bavard tel un vendeur de rappe à fromage à la foire commerciale d’ARRAS.
    360 000 demandeurs d’emploi en fin de droit proches de la précarité, qui ne font évidemment pas le poids devant des 20 000 bénéficiaires du bouclier fiscal. 8 millions de personnes ayant atteint le seuil de pauvreté, pendant qu’un secrétaire d’Etat à la coopération fait dépenser à l’Etat 106 000 euros pour la location d’un jet privé.
    Le bouclier fiscal n’a rien démontré si ce n’est que ses bénéficiaires ne seront jamais atteints par l’augmentation des prélèvements obligatoires (RDS…)contrairement à la classe moyenne sacrifiée depuis 10 ans. Sarkozy n’augmente pas les impôts ? Foutaise ! car les impôts indirects telles les taxes augmentent, l’eau augmente, le gaz et l’électricité augmentent.
    Pourquoi ne pas créer au contraire un bouclier social ? Comment ce président sourd et aveugle peut il se pavaner en USA en vantant les mérités de notre système de santé qu’il est entrain peu à peu de privatiser au profit de ses amis des assurances privées

  2. Garcia Catalina dit :

    Ce gouvernement porte atteinte effectivement aux droits élémentaires ,mais combien essentiels ,des citoyens : santé,éducation,travail. Le comble est qu’ il finance des injustices avec l’argent des contribuables .

    En persistant à imposer le bouclier fiscal, l’Etat donne 650 à 700 millions d’euros à une poignée d’individus déjà aisés ,soit 16500 personnes. Alors que la souffrance croît toujours plus,cette ristourne aux plus argentés est impudique. Quand on considère le déficit de l’hôpital en 2008 , 575 millions d’euros, cette mesure du bouclier fiscal est une provocation.

    Autre mesure qui s’ajoute à celles s’abattant sur l’hôpital: la suppression de 16000 postes prévus en 2010 dans l’éducation nationale .N’oublions pas les précedentes saignées :11000 en 2008 et 13500 à la rentrée 2009…Depuis quand l’éducation n’est-elle plus considérée comme un investissement profitable au développement d’une nation? Quand cessera-t-on de miser idéologiquement et financièrement sur des effets d’annonce,des écrans de fumée destinés à cacher la dure réalité des licenciements massifs de ceux à qui l’on a promis que « travailler plus pour gagner plus » serait une éthique politique inébranlable ?…

    En effet à ces mesures injustes contraires à la solidarité et la fraternité, on observe des hésitations, pire des erreurs grossières dans la gestion du pays.Ainsi on propose des mesures ,on les fait voter puis on les remet en question…Le Grenelle n’est plus un rendez-vous national prioritaire.Par ailleurs le coût de la campagne H1N1 -contestée par de nombreux praticiens -aurait coûté officiellement 670 millions d’euros .Enfin on propose l’ouverture la présentant comme une réelle avancée démocratique,puis on la restreint par pure démagogie électorale et de surcroit pour calmer une fronde umpéiste qui ne fait que s’amplifier. Quelle teneur prend alors ce gouvernement?
    Déçus de la politique du président,les électeurs du Front national se replient et pour regagner leur confiance aux échéances électorales ,le pouvoir se lance dans une politique migratoire et un discours douteux sur l’identité française…fragilisant ainsi des habitudes de tolérance et de fraternité si durement acquises.Et que dire de la posture tragi-comique de la campagne des régionales où l’on annonçait vite fait mal fait le décès d’un policier agressé encore en vie…

    Mais reprenons de la hauteur. La parole politique est ainsi décrédibilisée parce qu’elle n’est pas suivie d’actes courageux au service du plus grand nombre.
    Politique gadget ,construction idéologique fragile d’une fuite en avant pour occuper idéologiquement le terrain coûte que coûte ,la politique du président Sarkozy se fissure .
    Et les récents « secrets d’alcôve » présidentiels traqués par le contre -espionnage (rien que ça !)en disent bien long sur un divorce …celui entre le peuple et le pouvoir.

Laisser un commentaire

MARS Centrafrique |
Bling-bang-blog du 6 mai |
Le vécu Algérien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Blog "Ensemble, dynamisons ...
| EUROPAC PAPETERIE DE ROUEN
| DES IDEES ET DES REVES Nord