Archive pour juin, 2009

La loi Hôpital, Patients, Santé, Territoires : une loi d’inspiration ultralibérale qui va aggraver les inégalités de santé sur l’ensemble du territoire

110f7733137otbpoukjzarsihq2ctj2ea388pfg0u2e.jpgAu terme de l’adoption définitive de la loi hôpital, patients, santé, territoires, le 23 juin dernier, je suis profondément déçue, ce texte ne correspond absolument pas à l’urgence de la situation. Tout d’abord, le débat a été confisqué par le gouvernement et sa majorité. l’Assemblée Nationale n’a pu débattre dans de bonnes conditions,  les députés devant se contenter d’une seule lecture et ne pouvant examiner les modifications introduites au Sénat suite aux travaux de la Commission de réforme des centres hospitalo universitaires où je représentais le groupe socialiste.

Pourtant les enjeux étaient primordiaux, ce texte aurait dû être l’occasion de discuter des enjeux de l’articulation entre l’hôpital et la médecine libérale, du rôle de l’hôpital public dans notre système de santé, du rôle des hôpitaux de proximité, des rôles respectifs des secteurs publics et privés à l’hôpital.

Mais tous ces débats ont été tranchés avec une extrême brutalité par le gouvernement et sa majorité, toujours en privilégiant une orientation ultralibérale cassant l’hôpital public, ce qui a provoqué une réaction très vive et inédite de l’ensemble des personnels de santé des hôpitaux et jusqu’au bout, le gouvernement a ignoré ces mouvements sociaux d’ampleur provoquant l’amertume des professionnels de santé, pourtant engagés très fortement et quotidiennement aux cotés des malades.

Le gouvernement et sa majorité ont considérablement manqué de courage, ils n’ont rien fait ou presque concernant les dépassements d’honoraires, renvoyant ce problème à des hypothétiques négociations conventionnelles.

Certaines dispositions de cette loi HPST pouvaient apparaître comme positives comme l’instauration des communautés hospitalières de territoires, une mise en commun des moyens mais dans un contexte d’aggravation des finances publiques pour 2010: 30 milliards de déficit pour le régime général de la sécurité sociale, il est à craindre que ces communautés servent de paravents à des réductions budgétaires drastiques et des suppressions de postes dans les hôpitaux.

Tout au long des débats parlementaires, je suis allée de déceptions en déceptions: pas de solutions pour lutter contre les déserts médicaux, pas de mise en place de réelles politiques de prévention: rien pour lutter contre le fléau de l’obésité, contre le fléau de l’alcoolisme. Ce laisser faire a une logique: la logique ultralibérale.

Je crains malheureusement, à l’issue de l’adoption de ce texte que ce soit un nouveau rendez vous manqué pour la réforme de notre système de santé. Je rejette absolument la conception de la réforme de la droite qui est de rendre l’accès au système de soins de plus en plus difficile pour les plus fragiles, la réforme ne doit pas passer par des reculs sociaux. Le droit à la santé est un droit premier, un droit fondamental.

12345...11

MARS Centrafrique |
Bling-bang-blog du 6 mai |
Le vécu Algérien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Blog "Ensemble, dynamisons ...
| EUROPAC PAPETERIE DE ROUEN
| DES IDEES ET DES REVES Nord