Bienvenue !

Bienvenue ! dans Accueil catherine-genisson-antoine-detourne-arras-ps-parti-socialiste-300x109

Cher(e)s Internautes,

Ce blog est une véritable boite à outils.

D’abord pour vous permettre d’appréhender mon action parlementaire. Vous avez le droit de savoir ce que fait votre Sénatrice.

Et je considère qu’il s’agit bien évidemment d’un devoir démocratique que de vous informer de façon régulière et complète sur mon activité législative. Je l’ai toujours fait dans mon mandat de Députée, je continue cette information permanente dans ma nouvelle fonction au Sénat.

Ensuite pour nous permettre de garder le contact. Vous y trouverez toutes les informations utiles pour prendre rendez-vous lors d’une de mes permanences hebdomadaires ou pour me poser par courriel les questions que vous souhaitez. Mais ce blog est également un outil de dialogue et de débat démocratique. J’ai l’intention de vous donner ma position concernant les grands sujets politiques qui vous concernent et qui vous préoccupent dans le Monde, en Europe, en France ou au niveau local. Et je ne saurais trop vous inviter à intervenir pour que nous en débattions ensemble.

A vos claviers, citoyens !

signaturecatherinenoire.gif

cg-intervient-au-senat1-146x150 dans Accueil

>> Visionnez le portrait vidéo de Catherine Génisson 

« Nos très chers Sénateurs », un reportage partial et partiel

s53sqq-L

Mercredi 28 janvier dernier, j’ai regardé le documentaire « Nos très chers Sénateurs », diffusé sur la chaîne publique France 3, dans lequel j’acte un « parti-pris négatif » tout le long de ce reportage.

Au delà de nos différences partisanes, je partage l’irritation du Président du Sénat, Gérard LARCHER qui prévenait, la veille de sa diffusion : « Je sais qu’il ne faut pas nourrir un anti-parlementarisme qui est au fond de notre société française (…) Il y a des méthodes sur lesquelles il faut faire attention, parce qu’un beau matin on se réveillera avec un désir général de – pas de Parlement du tout – , (…) ça ne serait pas l’enrichissement de la démocratie ».

En effet, cette émission passe l’essentiel de ses 52 minutes de durée à pointer des dysfonctionnements, à dénoncer des « avantages ». Nous n’avons vu que quelques furtives images sur les missions et le travail législatif des sénateurs auxquels ce documentaire n’apprend rien de la vie politique institutionnelle de notre pays.

Bien que je respecte sincèrement le travail journalistique et défends ardemment la liberté d’investigation, je déplore un contenu uniquement « à charge » qui alimente encore une méfiance d’une partie de l’opinion publique envers nos institutions républicaines, un réquisitoire partial et partiel qui nourrit le populisme et les extrémismes antirépublicains…

Comme l’a écrit la journaliste Audrey LOUSSOUARN dans son article paru le 27 janvier : « Stéphane Girard avait visiblement une idée bien trop précise en tête au début de son tournage, qui ne répond pas à sa question. Au lieu d’ouvrir des pistes à la réflexion, France 3 (chaîne publique!) nous sert un triste moment de démagogie et d’amalgames qui ne manqueront pas d’alimenter la défiance déjà grande envers la politique. (…) «Pièces à convictions», case réservée aux enquêtes de fond, nous avait habitués à mieux. »

La volonté de montrer des dysfonctionnements existants ne me choque nullement ; au contraire, cela fait partie intégrante de notre Démocratie et doit permettre de faire évoluer nos institutions, révélant aussi que les médias sont bien libres d’exercer leur métier.

En revanche, je m’étonne que les journalistes n’aient pas évoqué les réformes et les efforts mis en place depuis plusieurs années dans cette étude sur le travail et le train de vie de la Haute Assemblée ?

Par exemple, il n’est pas rappelé les économies effectuées lors de la Présidence socialiste de Jean-Pierre BEL, de septembre 2011 à septembre 2014, qui avait déclaré dès sa prise de fonction : « Nous voulons un Sénat exemplaire et profiter de l’alternance pour montrer que le changement concerne aussi le train de vie du Sénat ».

Alors que la dotation de l’Etat était gelée depuis 2008, le premier Président socialiste du Sénat a baissé le budget de 3% en 2012 et encore de 3,46% pour le budget pour 2015, sans oublier les baisses de 30% de l’indemnité journalière de mission, des crédits de réception et de représentation de chaque parlementaire, des budgets des groupes d’amitiés, ainsi que les mesures renforcées de prévention et de traitement des conflits d’intérêts dans le cadre de la loi relative à la transparence de la vie publique, mise en place par le Gouvernement socialiste !

Aussi, si je suis persuadée que de nouvelles évolutions de fonctionnement sont nécessaires avec des économies envisageables, cela ne doit pas entacher la qualité du travail législatif des sénateurs et l’apport précieux de cette assemblée dans la vie et l’évolution de notre République.

Au delà des efforts nécessaires pour le redressement de notre pays, nous devons aussi avoir conscience que la démocratie à un coût pour exister et fonctionner, et comme l’a expliqué le philosophe Karl POPPER : « Je n’ignore rien des difficultés et des dangers inhérents à la démocratie, mais je n’en pense pas moins qu’elle est notre seul espoir. Bien des exemples montrent que cet espoir n’est pas vain ».

12345...599

MARS Centrafrique |
Bling-bang-blog du 6 mai |
Le vécu Algérien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Blog "Ensemble, dynamisons ...
| EUROPAC PAPETERIE DE ROUEN
| DES IDEES ET DES REVES Nord